Choisir le meilleur mode de chauffage


Émissions

  • Quel est le taux d’émission de CO (monoxyde de carbone) de l’appareil ?

Plus le taux est bas, plus la combustion est propre et le rendement de combustion élevé. Nos foyers garantissent des taux de CO compris en 0.04 et 0.08% (garanties apportées par l’institut technologique de Vienne en Autriche).

  • Quel est le taux d’émission de particules fines ?

Les particules fines émises par la combustion sont néfastes pour la santé (particules émises par les moteurs diesel). Mes poêles garantissent des taux d’émissions de particules compris entre 17 et 48 mg/m3. Ils ont donc l’équivalence au label « flamme verte 7 étoiles ».

  • Quel est le taux d’émission de NOx (oxydes d’azote) ?

Les NOx sont très nocifs pour la santé (40 fois plus que le CO) et participent à « l’effet de serre ». Le taux de NOx donne aussi bien des informations sur le rendement de combustion que sur la non-pollution. Plus il est faible, et plus la combustion est propre et le rendement élevé. Nos poêles garantissent des taux d’émissions de NOx compris entre 75 et 120 mg/m3 (voir partie combustion propre).

Plus les taux d’émissions de gaz sont faibles, plus la combustion est propre (non-pollution) et plus les rendements sont élevés.

  • Quelle est la température de la fumée à la sortie de l’appareil ?

Un appareil a un bon rendement à une température de fumée en sortie comprise entre 120 et 200°C. En dessous de 120°C, on s’expose à des risques de condensation des fumées. Si la combustion est incomplète, cela peut être dangereux.

Conduit de fumée

  • Est-ce que l’appareil est installé selon la norme NF EN 13384 ? 

Cette question traite de la qualité d’installation du poêle et de la bonne cohérence entre le poêle et le conduit de fumée. En effet, le conduit de fumée est le moteur du poêle : plus la cheminée (ou conduit de fumée) est grande, plus votre poêle a un moteur puissant.

Chaque poêle est conçu pour fonctionner correctement avec une puissance de moteur bien précise. La puissance d’une cheminée est définie en Pascals (Pa). Généralement, les poêles standardisés (industriels ou artisanaux) fonctionnent bien avec une puissance de tirage de l’ordre de 12 Pa. Or, la majorité des cheminées ont un tirage de plus de 30 Pa. Lors de l’installation, le tirage de la cheminée doit donc systématiquement être réglé pour l’adapter au poêle. La norme NF EN 13384 est une règle de calculs qui permet de vérifier qu’il y ait un équilibre entre le tirage du conduit de fumée et le poêle… Divers moyens techniques permettent d’obtenir cet équilibre : la diminution ou l’agrandissement du diamètre du conduit, l’installation d’un modérateur de tirage…


Attention : Un poêle conçu pour un rendement de 75% en laboratoire, aura peut-être seulement 45% de rendement dans votre maison si le tirage de la cheminée n’est pas équilibré avec l’appareil de chauffe. C’est un peu comme si vous achetiez une voiture de sport équipée soit avec des pneus de tracteur (tirage insuffisant) soit avec des pneus de 2CV (surtirage).


Nos poêles sont entièrement calculés en fonction de votre cheminée, de l’altitude de la maison, et du climat de votre région. Nous vous fournissons une attestation de conformité à cette norme avec le mode d’emploi.

 

Autres questions techniques

  • Quel est le poids total de l’appareil ?

La capacité d’un poêle de masse de chauffer toute une maison toute la journée avec un ou deux feux par jour dépend de sa capacité d’accumulation de la chaleur. Un poêle de 5 tonnes accumule davantage d’énergie qu’un poêle de 800 kg. Il est parfois intéressant de calculer le prix du poêle au kilo.

  • Combien de kilos de bois le foyer brûle-t-il par heure ?

Plus vite le bois est brûlé, plus vite le clapet du poêle, qui permet d’emprisonner la chaleur du feu, est fermé. Nous concevons des foyers qui brûlent jusqu’à 25 kg/h. En d’autres termes, si votre maison a besoin de brûler 25 kg de bois par jour, une heure de flambée suffit.

Néanmoins, si, pour vous, le plaisir de regarder le feu longuement est une priorité, nous concevons le foyer de façon à ce que vous puissiez prolonger la flambée tout en bénéficiant d’un rendement élevé.

  • Combien de kilos de bois peut-on charger et brûler dans le foyer en une fois ?

Plus le foyer accepte des grandes quantités de bois, moins vous avez besoin de recharger le foyer pendant la journée. Si le confort thermique de votre maison est atteint avec une consommation de bois de 25 kg par jour, il vous faut réaliser :

  • 3 feux de 8 kg si votre foyer accepte 8 kg maximum, 
  • 2 feux de12,5 kg si votre foyer accepte 12,5kg maximum, 
  • ou un seul feu de 25 kg si votre foyer le permet.

Nous concevons les foyers en fonction du nombre de flambées que vous souhaitez faire par jour. Nos foyers acceptent des charges de bois comprises entre 1,2 et 40 kg par flambée.

  • Quelle est la puissance moyenne du poêle ?

Pour le savoir, le mieux est de la calculer à l’aide de la formule suivante :

  • P = b.c.η / t (écrire le divisé avec une grande barre)

Avec

  • P : Puissance du poêle (kW)
  • b : Consommation de bois (kg/jour)
  • c : Pouvoir calorifique du poêle (~4 kWh/kg)
  • η : Rendement utile du poêle (%/100)
  • t : Temps d’autonomie de la flambée (h)

Par exemple, un poêle avec un rendement utile de 85 %, qui chauffe un bâtiment B avec 15 kg de bois en une seule flambée par jour, a une puissance moyenne de 2 kW. En effet, 15 x 0.85 x 4 / 24 = 2.1 kW. Avec un poêle d’une puissance moyenne de 6 kW pour ce même bâtiment B, vous risquez la surchauffe. Inversement, avec un poêle d’une puissance moyenne d’1 kW, vous serez dans l’inconfort thermique.

Attention : Il est important de bien faire la différence entre la puissance moyenne et la puissance maximale. Pour connaître la puissance moyenne nécessaire pour chauffer votre maison, l’idéal est de contacter un bureau d’étude thermique.

Je conçois des poêles avec des puissances moyennes comprises entre 160W et 16 kW. Il est intéressant de calculer le prix d’un poêle au kW de puissance moyenne.

  • Quelle est la surface apparente chaude du poêle ?

Il s’agit de la surface chaude du poêle. Plus cette surface apparente est grande, plus la chaleur est répartie et moins les températures de surface sont élevées. Pour indicatif, un poêle de 5 kW avec une surface apparente de 8 m² aura une température moyenne de 65°C, alors qu’un autre poêle de même puissance avec une surface apparente de 15 m² aura une température moyenne de 45°C environ. Voici des images prises avec une caméra thermique à des intervalles de temps réguliers sur un poêle de 4,5 kW avec une surface apparente de 10 m²  environ. On obtient des températures de surface légèrement inférieures aux températures de surface théoriques annoncées. En effet, les mesures ont été relevées sur le poêle en fonctionnement mais en cours de séchage.

Un poêle avec des grandes surfaces apparentes n’est pas forcément imposant. Les surfaces sont réparties en les rendant utiles : bancs, plans de travail, murs chauds et confortables au toucher en hiver, et frais et agréables en été. L’avantage du poêle sur mesure est de pouvoir intégrer des poêles de grandes surfaces dans tous les environnements.